L’Honneur de la Guerre

d’après un texte d’Abdellatif Firdaous, traduit en français par Hoda Moucannas
mise en scène de Karim Troussi.

 

Ce spectacle a été réalisé dans le cadre d’un échange franco-marocain avec le Théâtre des Amis (Rabat).
Il a été créé à L’Heure Bleue / Saint Martin d’Hères le 25 et 26 mars 2009, puis repris au théâtre Prémol le 1er avril 2009 et le 15 mai 2010 au Théâtre National Mohamed V de Rabat.

Metteur en scène : Karim Troussi – Scénographie : Youssef El Arkoubi – Costumes : Amal Benayad – Création sonore : Benoit Riot – Eclairages : Léo Van Cutsem – Assistante à la dramaturgie et à la mise en scène : Emilie Malosse – Comédiens : Henri Thomas, de la Cie du Jour – Latefa Ahrrare et Hicham Ibrahimi, du Théâtre des Amis à Rabat.

Cliquer sur les vignettes pour agrandir les images
Cincopa WordPress plugin

 

Alors que la tribu se prépare aux réjouissances de la fantasia, Shama entend venir les tambours de la guerre. Elle tente en vain d’en informer le chef des cavaliers mais celui-ci, persuadé d’être inattaquable, ne veut rien savoir. Elle s’essaiera à tous les stratagèmes pour se faire entendre, jusqu’à défier le chef lui-même. Et tandis qu’ils se battent pour des questions d’honneur, l’ennemi approche, implacablement.

 

La commande d’écriture : Le choix d’Abdellatif Firdaous en tant qu’auteur de cette pièce nous est rapidement apparu comme une évidence étant donné son écriture qui mêle profondeur, humour et beauté du verbe. Dans son œuvre les personnages sont des vecteurs de la pensée moderne qui tentent de bousculer les tabous et les conformismes de la société marocaine ; mais ce travail de renouveau s’appuie, paradoxalement, sur des formes spectaculaires traditionnelles. Son écriture en arabe dialectal joue un rôle essentiel, car elle véhicule une verve http://pharmaplanet.net populaire qui la rend très accessible. Ses pièces sont jouées, publiées et largement diffusées à la télévision publique. En premier lieu, la pièce a été écrite en arabe dialectal puis traduite en français par Hoda Moucannas.

La scénographie : Le décor est adaptable afin de répondre aux exigences techniques des tournées. Quelques tintements dans le lointain, le souffle du vent et des sons qui évoquent vaguement le trot des chevaux ; une douce lumière vient éclairer la grande toile grise qui tombe sur la scène. En quelques instants, avec sobriété, nous sont évoqués le désert et son camp nomade. Puis viennent les voix, ces chants plaintifs et vibrants du Moyen-Atlas. La toile, manipulée avec des cordages, devient tour à tour tente, piste de fantasia, place de fête, et, finalement piège ; tandis qu’implacablement se rapproche le bruit sourd des tambours de guerre. Dans cette étendue grise les costumes se distinguent, à la fois colorés et sobres, d’Orient et d’ailleurs, incertains et majestueux.…

  • Revue de presse : vous pouvez consulter la revue de presse du spectacle en cliquant ici.
  • Dossier de présentation : vous pouvez consulter le dossier de présentation détaillé du spectacle en cliquant ici.

Spectacle créé avec le soutien de : Cultures France (Ministère des Affaires Etrangères), la Ville de Grenoble, la Région Rhône-Alpes (dispositif Fiacre, volet international), le Conseil Général de l’Isère (aide la création, coopération décentralisée, cultures et lien social), la Ville de Saint-Martin-d’Hères, L’Heure bleue/Saint-Martin-d’Hères, le Théâtre Prémol, la Comédie de Saint Etienne, l’Institut Français de Fès, l’Ambassade de France au Maroc, le Ministère de la Culture marocain, le Théâtre National Mohammed V, Schneider Electric Maroc, le Fonds Roberto Cimetta (mobilité artistique en Méditerranée).

 

Pour plus de renseignements sur les tarifs et les conditions techniques,
merci de nous contacter.